La chanson du moment #3 - Learn To Fly

Publié le par Mademois'Hell

MES PETITS CHATS !

Je ne suis pas morte. Le blog, un peu plus, j'avoue. D'ailleurs, je serais surprise qu'il y ait encore quelqu'un, pour être honnête. M'enfin, comme j'écris ce blog pour moi avant toute chose, ce n'est pas si grave.

Pour ce timide retour, car je ne vais pas avoir la malhonnêteté de dire que je vais relancer pleinement le blog avec toutes les activités que j'ai à côté (ayez la bonne idée de multiplier les cours de danse et de chant, et de faire partie du CA de trois associations différentes); je reviens avec une Chanson du moment. Le truc vite fait qui demande pas trop de travail.

Si vous voyez déjà de quoi je viens vous parler, en effet, il ne s'agit pas d'une chanson récente, mais genre, pas du tout. Learn To Fly est en effet tirée de l'album There Is Nothing Left To Lose des Foo Fighters, qui est sorti en... 1999 ? Quelque chose dans ce goût-là ?

Il faut dire que les Foo Fighters et moi, ça n'a pas toujours été une grande histoire. Ado, j'ai eu énormément de mal à accrocher à The Colour And The Shape, et même si ça s'est amélioré avec les incontournables Best Of You et Times Like These, ce n'est vraiment qu'en 2014, quand j'ai mis l'oreille sur l'album Wasting Light, que j'ai vraiment commencé à apprécier le groupe.

Alors, comment en suis-je venue à écouter Learn To Fly en boucle ? Tout simplement : début juillet, j'ai fait partie des quelques millions de personnes à voir la vidéo "Rockin' 1000", dans laquelle 1000 italiens reprenaient, au chant et aux instruments, cette chanson pour faire le buzz dans l'espoir d'obtenir la venue du groupe. Cette vidéo m'a littéralement scotchée : je ne connaissais pas la chanson, et j'en suis tombée un peu dingue instantanément. Le truc qui s'explique difficilement. Mais je vais tout de même essayer.

Le premier truc qui frappe avec cette chanson, c'est son riff d'intro, extrêmement efficace et qui reste tout de suite en tête. Le genre de riff qui estampille d'emblée le morceau comme un hymne de stade. Le genre de chanson qu'on a envie d'écouter entouré de milliers d'anonymes, en se disant qu'on va partager un moment unique. (Non, les envolées lyriques, j'ai toujours pas arrêté.)

Toujours dans la veine "chanson de stade", la mélodie du refrain est elle aussi extrêmement simple et accrocheuse. L'association des deux en fait quelque chose de solaire, de lumineux, bref : d'extrêmement positif.

Oui, mais non. Quand on se penche sur le texte, on n'est pas du tout face à une ode à la joie pleine d'espoir et de petits papillons. Nope. On est dans la fuite de la réalité, dans le refus du monde, même. On ne vole pas vers le soleil, on vole loin du plancher des vaches où tout est faux. Et je crois que le contraste des deux me parle pas mal, en ce moment.

Dans un été à la fois lent et trop violent, Learn To Fly est tombée à pic, pour moi. Et cela fait bientôt deux mois que je suis en boucle dessus. Et je crois que j'ai pas envie qu'on m'aide.

Pour la vidéo, c'est par ici...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article